01 60 81 14 14
Contacter la mairie

« Zéro phyto » pour éliminer les pesticides

Depuis le 1er janvier, il est interdit d’utiliser des pesticides chimiques pour s’occuper de son jardin.

« Zéro pesticide, c’est 1000 fois mieux pour ma santé et la planète » : le slogan de la campagne en dit long sur les enjeux de cette nouvelle réglementation.

Les produits phytosanitaires seront peut-être bientôt un lointain souvenir. Du moins, c’est ce qu’espèrent les Ministères de la Transition écologique et solidaire, des Solidarités et de la Santé, de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de l’Agriculture et de l’Alimentation ainsi que l’Agence française de la biodiversité. Le 1er janvier 2019, la loi Labbé est entrée en vigueur sur l’ensemble du territoire français. A destination des jardiniers particuliers, cette loi prévoit l’interdiction d’achat, d’usage et de détention des produits phytosanitaires de synthèse utilisés pour l’entretien des jardins, des potagers mais également des balcons, terrasses et plantes d’intérieur.

Comment changer ses pratiques ?

A l’heure du changement, pas de panique ! Alors que les collectivités ont banni les pesticides chimiques de leurs espaces verts, leurs forêts, leurs voiries et toutes les promenades accessibles ou ouverts au public depuis le 1er janvier 2017, c’est au tour des particuliers d’amorcer le changement pour leur propre santé mais également pour le bien de l’environnement. Un document a été conçu par l’Agence française de la biodiversité et les Ministères de la Transition écologique et solidaire, des Solidarités et de la Santé, de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de l’Agriculture et de l’Alimentation, afin d’aider au mieux les particuliers à changer leurs pratiques. Concrètement, quelles sont donc les alternatives proposées pour jardiner sans pesticides chimiques ?

  • Planter des variétés locales

Arrêtez votre choix de plantes sur la nature du sol dont vous disposez et l’exposition dont profite l’endroit en question. Adaptez votre jardin à votre environnement

  • Cultiver les bonnes associations de plantes

La culture d’un jardin s’inscrit comme un véritable art au quotidien… Les plantes sont capables de s’apporter de nombreux bénéfices, si tant est que vous composiez la bonne association.

  • Utiliser les plantes elles-mêmes et les espèces animales pour lutter contre la maladie

Manque de vigilance ou microclimat malencontreux, les plantes ne sont pas toujours à l’abri des maladies et leurs conséquences peuvent faire de grands ravages. Pour lutter contre les propagations d’infection, les produits chimiques ne sont pas les seules solutions qui se présentent. Des alternatives naturelles existent comme la dispersion de certains insectes et autres animaux utiles à l’action et le réajustement des techniques de cultures. De plus, sachez que plus la variété de végétaux que vous plantez est grande, moins les maladies ont de chance de survenir.

En adoptant toutes ces pratiques au quotidien, vous favorisez la biodiversité dans votre espace vert. En effet, grâce à la campagne « Zéro phyto », prenez le pli et faites de votre jardin un espace de liberté pour les organismes vivants, aussi bien la faune que la flore. En favorisant la biodiversité au sein de votre espace, vous aidez à l’équilibre écologique du milieu vivant dont vous êtes l’initiateur. Ainsi, vous ouvrez la porte à la production de fruits et légumes bio mais également à la présence d’une faune extrêmement riche et agréable.

Que faire des pesticides restants ?

Vous êtes toujours en possession de pesticides chimiques et vous ne savez qu’en faire ? Ne les jetez surtout pas à la poubelle, ni même dans les canalisations. Qu’il s’agissent de bidons, bouteilles, flacons, sprays et tout autres contenants et qu’importe qu’ils soient vides ou même utilisés, avec ou sans reste de pesticides, ils voient impérativement être apportés en déchetterie ou bien dans un point de collecte temporaire.

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur www.jardiner-autrement.fr, la plateforme officielle du plan Ecophyto qui vise à entraîner la réduction de l’usage des produits pesticides et qui vise à en améliorer les conditions d’utilisation.