01 60 81 14 14
Contacter la mairie

Rugby club : des règles et du fair-play depuis 1974

Publié le 30 octobre 2019

Depuis sa création en 1974, le Rugby club de Dourdan a vu passer de nombreux joueurs sur la pelouse du stade Maurice-Gallais.

Jean-Luc Drappier, président de l’association sportive de rugby, a accepté de nous parler du club.

Des règles, de la sécurité et du fair-play

Le 20 septembre dernier, le coup d’envoi de la 9e édition de la coupe du monde de rugby à XV avait été lancé sur les terres japonaises. Une bonne occasion pour mettre en lumière le Rugby club de Dourdan, dont les résultats n’ont rien à envier aux clubs voisins. Elu sport préféré des Français en 2017, le rugby à quinze a encore réuni plus de 330 000 Français licenciés au sein des différents clubs de l’hexagone. Pour autant, la pratique du ballon ovale semble avoir quelque peu perdu de sa superbe ces derniers temps, certainement dû au fait des récents accidents recensés et vivement médiatisés. « L’effectif en école de rugby a baissé car avec les parents qui regardent par exemple le Top 14 et les histoires de commotions cérébrales que l’on entend régulièrement, ça effraie et ça ne fait pas du bien à la réputation de ce sport », explique Jean-Luc Drappier.

Pour le président du club, des initiations dans les écoles pourraient permettre de sensibiliser la jeunesse aux nouvelles règles qui régissent le rugby et qui en font un sport désormais bien plus sécurisé. Par exemple, « au Forum des associations, un jeune s’est présenté pour s’inscrire. Ses parents acceptaient qu’il s’entraîne mais pas qu’il fasse les matchs en raison des accidents. Toutefois, il faut rappeler que les accidents peuvent arriver aussi bien lors des entraînements que dans les matchs, mais à des niveaux professionnels comme le Top 14. C’est logique, imaginez-vous des gens qui font pratiquement 120 kilos et qui courent à grande vitesse. Lorsque ça tape, le cerveau n’apprécie pas », justifie-t-il. Une violence qui ne représente en rien le quotidien de l’association sportive de la ville.

Des passionnés de tous les âges

Durant la saison 2018/2019, le Rugby club de Dourdan comptait pas moins de 159 joueurs dans ses vestiaires, dont une trentaine de « Folklos ». Jouant plus pour la passion du ballon ovale et le plaisir des rassemblements conviviaux, ces joueurs amateurs forment une équipe mixte et de tous les âges. Bien que licenciés à la Fédération française de rugby, les « Folklos » ne s’accordent des matchs de compétition qu’à titre amical. Rugby à 5, beach rugby, entraînement de rugby à XV pour toutes les tranches d’âges, des juniors aux séniors : tout le monde est convié à fouler la pelouse si l’envie survient.

La sécurité du joueur renforcée

Au vu des accidents à déplorer au sein du sport de haut niveau, les règles ont changé. Les contacts sont réglementés, surveillés et pénalisés lorsqu’ils ne sont pas respectés. « La nouvelle politique, même en école de rugby, c’est que les joueurs n’ont pas le droit aux contacts sur la partie haute du corps, ils peuvent toucher mais doivent essayer d’éviter intelligemment les chocs », argumente le président du club. En effet, les plaquages au niveau du cou ainsi que des épaules sont sanctionnés d’un carton ou bien d’une pénalité. Des règles qui contribuent à rendre les joueurs respectueux et fair-play. « L’avantage du rugby, c’est que ça se chambre un peu pendant le match mais, à la fin, tout le monde se sert la main et célèbre la rencontre ensemble ». Le fair-play constitue d’ailleurs l’une des grandes valeurs du rugby. Chaque année, les arbitres établissent un classement des meilleures équipes en matière de fair-play. À chaque rencontre, ils notent la manière dont ils ont été reçus et les comportements observés lors du match. Les seniors et cadets juniors du rugby club de Dourdan ont d’ailleurs chacun décroché une place parmi les 6 meilleures équipes du secteur l’année dernière. En récompense, deux invitations en VIP leur ont été offertes pour aller voir un match du Stade français.

 

Ainsi, Jean-Luc Drappier invite les curieux à venir constater de leurs propres yeux : « Les personnes qui ont un doute peuvent venir voir comment ça joue pendant les entraînements. Ils pourront se rendent compte qu’il n’y a pas de danger et que ça n’a rien à voir avec le Top 14 ».

Jean-Luc Drappier, président du Rugby club de Dourdan