01 60 81 14 14
Contacter la mairie

Label APIcité : entretien avec l’apiculteur local

Publié le 29 janvier 2020

Le 20 novembre 2019, la ville s’est vue de nouveau récompensée du label APIcité par l’Union nationale de l’apiculture française.

Cyril Way, apiculteur des Ruchers du Dourdannais à l’initiative du rucher pédagogique du parc Lejars-Rouillon, revient sur cette nouvelle récompense.

Le label APIcité est le fruit de l’implication de la ville dans ses actions de préservation des pollinisateurs sauvages et permet de sensibiliser la population sur l’importance de ces gestes au quotidien. Alors que la ville avait déjà été récompensée de 2 abeilles pour sa « démarche remarquable » en 2018, elle renouvelle l’exploit cette année.

Quelles actions, expliquant l’obtention de ce label, ont récemment été menées ?

Cyril Way : Nous avons accueilli beaucoup de public au parc Lejars-Rouillon, à l’occasion d’événements organisés par la ville comme pour le Salon des jardiniers et à l’initiative de Dourdan de tourisme pour Parc en fête, notamment. Aussi, nous travaillons directement avec l’école Jean-François Regnard. Par exemple, ce sont les élèves de cette école qui ont décoré les premières ruches. L’année dernière, ils en ont re-décoré quatre qui étaient un peu vieillissantes. Nous organisons des animations au sein de l’école, des interventions en classe pour expliquer aux élèves le rôle de l’abeille et des pollinisateurs en général. Quatre classes ont été accueillies dans le parc. Nous avons visité les ruches ensemble, nous leur avons expliqué comment cela s’organise à l’intérieur.

Quels projets pour les mois à venir ?

C.Way : Cette année, nous réitérerons l’expérience, car les élèves sont très motivés et les professeurs impliqués. De plus, les élèves ont souhaité continuer à décorer les ruches et c’est intéressant de voir cela, d’autant que ça aide les abeilles à s’orienter et à trouver leurs repères. Lorsqu’elles arrivent près des ruches, elles savent faire la différence entre la leur et celle des autres. Les abeilles savent très bien reconnaître les couleurs et les motifs propres à leur ruche. Aussi, nous comptons organiser une séance spéciale « extraction de miel » en classe, avec les élèves. L’idée serait de prendre le miel des abeilles, qu’elles auront directement récolté dans le parc. Nous prendrons le cadre de miel tel que les abeilles le construisent, nous les transporterons à l’école, puis, avec le matériel d’extraction adapté, nous séparerons le miel de la cire. Nous essayons au maximum d’effectuer des actions participatives comme cela, pour intéresser les enfants.

Depuis combien de temps êtes-vous apiculteur et pourquoi ?

C.Way : Je suis apiculteur depuis environ 22 ans. Au début, c’était une curiosité plus qu’autre chose. Je cherchais à savoir comment tout cela pouvait bien fonctionner, je suis tombé sur des livres intéressants. Ensuite, j’ai eu quelques ruches dans le fond de mon jardin, et puis, petit à petit, j’ai gagné en expérience, j’ai augmenté le nombre de ruches en ma possession et j’ai décidé d’en faire une activité à part entière.

Pourquoi est-ce si important de sensibiliser sur le sujet ?

C.Way : Si nous possédons des abeilles dans le rucher communal au parc, nous sensibilisons sur l’ensemble des pollinisateurs sauvages. Ce que l’on essaye de faire comprendre aux enfants, c’est qu’une bande partie de notre nourriture vient des abeilles et des pollinisateurs. On explique par exemple que la pollinisation des tomates se fait grâce au bourdon, que les abeilles s’occupent de la pollinisation des fraises, etc. Il faut leur faire comprendre que les pollinisateurs sont absolument nécessaires pour produire notre nourriture. En plus, en général, les enfants aiment le miel ! Nos actions sont immersives, elles intriguent les enfants. Ils peuvent voir les abeilles, les sentir, cela mobilise tous les sens et, pour les enfants, c’est concret et pratique.