01 60 81 14 14
Contacter la mairie

Interview : la Saint-Nicolas à Dourdan

La fête de la Saint-Nicolas est à l’initiative de l’association des Amis du jumelage Dourdan-Bad Wiessee.

Chaque année, la Saint-Nicolas est organisée en date du premier samedi du mois de décembre.

Samedi 1er décembre, la place du Marché aux herbes et la place du Général-de-Gaulle ont accueilli les membres de l’association des Amis du jumelage Dourdan-Bad Wiessee à l’occasion de la quatrième édition de la Saint-Nicolas.

Alors qu’un chalet, tenu par les bénévoles de l’association, proposait des gourmandises et boissons chaudes aux passants, le célèbre Saint-Nicolas s’occupait d’arpenter les stands du marché en compagnie de son petit âne et du Père Fouettard.

Quel rapport la Ville entretient avec la fête de la Saint-Nicolas ? Que proposent l’association, la commune et les commerçants pour l’occasion ? Alors que la Saint-Nicolas est l’occasion de mettre en lumière les relations qu’entretient la Ville avec ses voisins allemands, Monsieur Cousinou, nouveau président des Amis du jumelage Dourdan-Bad Wiessee et Madame Paturaud, ancienne présidente et actuelle bénévole au sein de l’association, nous répondent.

Comment vous est venue l’idée d’instaurer la Saint-Nicolas à Dourdan, il y a quatre ans ?

 

Nous nous étions rendus chez nos amis allemands à cette période de l’année, dans le cadre de l’association du jumelage. Nous avions visité un village et Saint-Nicolas passait avec le Père Fouettard. Nous avions trouvé intéressante, l’idée de reproduire cette fête traditionnelle à Dourdan. Nous en avons donc fait la proposition à Madame la Maire.

 

Alors que la fête traditionnelle se déroule le 6 décembre, pourquoi se tient-elle le 1er décembre à Dourdan ?

 

Ici, la Saint-Nicolas est toujours organisée le 1er samedi du mois de décembre, pour que l’on s’y repère. Cette année, nous avons célébré la quatrième édition.

 

Que proposez-vous à l’occasion de cette fête célébrée moins d’un mois avant Noël ?

 

Cette année, dans le chalet qui nous a été prêté sur la place du marché aux herbes, les bénévoles proposaient des crêpes, des gaufres, des Bretzel, des galettes, des pains d’épices mais également du vin chaud et des bières durant la journée. Ce partenariat, qui n’en est encore qu’à ses débuts, entre l’association du jumelage, la commune et les commerçants, est intéressant. Durant deux années de suite, l’après-midi, des promenades à poney étaient organisées pour les enfants, en partenariat avec le Poney club de Corbreuse. Cette année, en raison du temps, cette activité n’a malheureusement pas pu se faire. En soirée, un repas bavarois accompagné d’une animation musicale, l’une des nouveautés de l’année, s’est tenu au centre culturel, pour un tarif fixé à 20 euros par adulte et 12 euros par enfant. 74 personnes étaient présentes.

 

Quelle place l’implication des bénévoles et des différents partenaires tient-elle dans l’organisation de la Saint-Nicolas ?

 

La Saint-Nicolas ne peut avoir lieu que si ces partenariats perdurent et s’approfondissent. Il faut vraiment que ce soit un projet commun pour aboutir. Par exemple, cette année, la Ville a mis à disposition le centre culturel pour le repas bavarois, un agent municipal s’est chargé d’installer le matériel de son, lui-même confié le temps de l’événement par le conservatoire municipal. La première année, lorsque nous n’en n’étions encore qu’au stade de l’organisation de la toute première édition, nous cherchions un petit âne pour accompagner le Saint-Nicolas. En discutant autour de nous, nous avons finalement fait la rencontre de Chantal Vergnault, qui a accepté de déambuler bénévolement aux côtés de l’un de ses petits ânes, sur lequel elle avait placé des paniers, que nous avions rempli de bonbons pour les enfants. Depuis, le duo se joint chaque année aux festivités. Sans toute cette aide reçue, nous ne pourrions pas organiser la fête.

Saint-Nicolas serait l’ancêtre du Père Noël ?

À travers les étals du marché, de furtifs ” voilà le Père Noël ” pouvaient s’entendre à la vue des personnages symboliques de la fête. Pourtant… Si la confusion est courante entre les deux figures historiques, plusieurs différences les distinguent l’une de l’autre. Également nommé “Saint patron des écoliers”, Saint-Nicolas est chargé de récompenser tous les enfants qui ont été sages. Célébré dès le Xe siècle en Allemagne, Saint-Nicolas représente la personne de Nicolas de Myre, évêque en Lycie qui n’est autre que l’actuelle Turquie. Accompagné de son petit âne et de son acolyte le Père Fouettard, Saint-Nicolas est donc apparu bien avant le Père Noël, popularisé à son tour au cours du XIXe siècle du côté des États-Unis.