01 60 81 14 14
Contacter la mairie

Construction d’un nouvel Ehpad

Les travaux ont débuté en octobre 2018, ouverture au public prévue courant 2020.

Situé sur une parcelle du terrain de camping, il remplacera l’établissement Jean-Sarran.

Mené par le Département, et son Service Public Essonnien du Grand Âge (Sega), en lien avec le Centre hospitalier Sud-Essonne, gestionnaire de Jean-Sarran, et la Ville, ce projet vise à conserver sur le territoire l’offre de places en maison de retraite publique. Située sur une parcelle du camping municipal, la centaine de logement est prévue au tarif prévisionnel de 64 € par journée.

Un remplacement nécessaire et de santé publique

 

Sans cette solution, la disparition de Jean Sarran, vétuste, aurait signifié l’évaporation de ces places, l’Agence régionale de Santé considérant que l’offre est suffisante dans le Dourdannais.

Concrètement, l’établissement de 5 556 m2, installé sur une emprise de 7 832 m2, se compose d’un rez-de-chaussée et de 2 étages pour une hauteur moyenne de 12 m, là où le Plan local d’urbanisme autorisait 15 mètres. De même, afin de réussir l’insertion de cet établissement dans son environnement et les habitations du quartier du Moulin Grouteau, l’ensemble des zones fonctionnelles (restaurant, salles d’activités, de réception, cuisine, machineries…) sont situés côté camping et les zones calmes côté habitations (les chambres, peu occupées durant la journée).

Outre les chambres, l’administration et des salles d’activités, la résidence comprend un Pôle d’activités et de soins adaptés pour l’accueil à la journée de résidents ayant des troubles du comportement modérés, des salles d’ergothérapie, de kinésithérapie, des salles à manger privatives, un studio pour les familles… Les extérieurs seront aménagés pour respecter le cadre arboré et naturel du lieu.

Le projet prévoit 39 places de parking. L’accès à l’établissement se fera par la rue de l’Ermitage. La cession du terrain, au prix de 470 000 €, va permettre à la Ville de reconstruire les sanitaires du camping et leur mise aux normes.

Cet établissement permet de plus de maintenir l’offre publique habilitée à l’aide sociale, qui menaçait de disparaître sur le Dourdannais. C’est cette réflexion qui a poussé, en 2012, le Conseil départemental à engager cette démarche innovante et à créer, gérer et développer des Ehpad. Le projet dourdannais procurera un emploi à plus de 80 personnes, dont une quinzaine en sous-traitance ou mutualisée.

Le projet en images

“Cela permet de maintenir ou d’augmenter le nombre de place en Ehpad, de proposer un reste à charge moins élevé aux familles et de proposer pour le financeur de l’aide sociale le rapport qualité/prix le plus équitable possible pour l’accueil des personnes âgées”

Jamil Adjali, directeur du Sega