01 60 81 14 14
Contacter la mairie

Une ville d’histoire et de patrimoine

Installée dans une cuvette naturelle, bordée de plateaux, la ville de Dourdan s’est développée au cours des siècles, autour de son cœur historique et de son château fort du XIIIe siècle.

Dourdan, capitale du Hurepoix

 

Installée dans une cuvette naturelle, bordée de plateaux, la ville de Dourdan s’est développée au cours des siècles, autour de son cœur historique et de son château fort du XIIIe siècle.

Au cœur de la vallée de l’Orge, Dourdan est bordée de plateaux et entourée des forêts domaniales de l’Ouÿe et de Saint-Arnoult.

Située sur la route du blé reliant le vaste plateau céréalier de la Beauce à Paris, Dourdan est pendant de nombreux siècles un centre d’échanges et de commerce, comme en témoignent l’ancienne place du marché aux grains et les halles.

Cette construction de fondation médiévale, remplacée en 1836 par un nouveau bâtiment, abrite encore aujourd’hui marchands et artisans.

La ville s’est développée au cours des siècles autour de son centre historique et offre un riche patrimoine : église Saint-Germain-l’Auxerrois (XIIe– XVIIe siècles), château fort (XIIIe siècle), remparts (XVIe siècle), château du Parterre (XVIIIe siècle) aujourd’hui Hôtel de ville, maisons sur catalogue (XIXe-XXe siècle)…

Ville de potiers

 

Les fouilles archéologiques urbaines, effectuées depuis le XIXe siècle, ont mis au jour des vestiges des époques antiques et médiévales.

La présence d’habitats (rue Minot, rue Fortin, Auberge du château) et d’une nécropole (Ariscotel) occupés entre les Ier et IVe siècles attestent l’existence d’une agglomération antique.

Au Moyen Âge, la ville devient un important centre de production de poteries à pâte rouge (XIIIe et XIVe siècles).

Plusieurs fours de potiers (Le Madre, Auberge du château) révèlent l’importance de cette activité artisanale dont les produits sont exportés dans tout le sud de l’Île-de-France.

Une très riche collection de ces poteries archéologiques est conservée au Musée du château.

Ville royale

 

La période médiévale consacre Dourdan comme ville royale. Hugues le Grand, duc de France, meurt à Dourdan en 956.

A l’avènement de son fils Hugues Capet, la cité devient propriété de la Couronne de France. Berceau des Capétiens, Dourdan possède un premier château probablement en bois dont l’emplacement n’est pas déterminé.

Philippe II Auguste choisit d’ériger une puissante forteresse de pierres aux abords de la ville médiévale, dont la construction s’achève vers 1222.

Remarquable exemple d’architecture militaire, ce château devient, au fil des siècles, l’apanage des grands du royaume, de la famille d’Évreux aux ducs d’Orléans.

La ville est marquée par les Guerres de Religion.

Des sièges successifs ont conduit à l’incendie des archives royales conservées dans le château, à la destruction des parties hautes du château et de l’église.

Malgré sa ligne de remparts construits au XVIe siècle, la ville est saccagée.

Le château perd sa fonction défensive.

Photographie Jean-Luc Mathon - Bookimages
Photographie Jean-Luc Mathon - Bookimages

Un nouvel essor

 

Aux cours des XVIIe et XVIIIe siècles, Dourdan va développer de nouvelles activités.

Dès le XVIIe siècle des centres d’enseignement s’établissent, mission qui perdure encore aujourd’hui avec un lycée, trois collèges et six écoles.

Des activités commerciales et industrielles s’étendent le long de l’Orge, qui alimente moulins et manufactures liées à la brasserie, au textile, aux poteries…

Sous l’impulsion des Orléans, propriétaires de Dourdan, la ville se modernise pour favoriser les échanges.

De nouveaux axes routiers facilitent les accès, la production et le commerce du bois.

Les routes de chasses sont re dessinées.

Trois foires annuelles rythment la vie dourdannaise : l’ancienne foire médiévale Saint-Laurent, la foire Saint-Félicien depuis 1695 et la foire Ventôse depuis 1798.

Dès 1672, les ducs d’Orléans ouvrent une prison dans la vieille forteresse médiévale pour redonner une fonction à ce monument au cœur de la ville.

Outre la prison, le château accueille un grenier à sel et des services administratifs.

Par ailleurs, l’hôtel-Dieu médiéval, lieu d’accueil et de soins, va faire place à un bel ensemble architectural.

Il servira d’hôpital jusqu’à son transfert en périphérie de ville en 1970.

La ville commence à se développer au-delà des remparts, des faubourgs apparaissent le long des axes principaux reliant Dourdan à Étampes, Châteaudun, Paris et Chartres.

De belles demeures s’élèvent près de la rivière de l’Orge (maison de Lescornay, château de Grillon). La ville s’ouvre sur la campagne. Le meilleur exemple en est le château du Parterre, aujourd’hui Hôtel de Ville.

Ville de villégiature

 

Au XIXe siècle, l’apparition du train bouleverse la ville et son territoire.

La ligne ferroviaire reliant Paris à Tours par Châteaudun est ouverte en 1865.

Son implantation modifie le développement urbain, de nouveaux quartiers apparaissent au nord de la ville.

Dourdan devient lieu de villégiature avec de nombreuses demeures qui se construisent à la périphérie, notamment dans le quartier de la gare.

Nombre de ces maisons façonnent encore aujourd’hui le paysage urbain.

Les nouveaux moyens de communication et de transports provoquent un renouvellement de la population.

Des éditeurs-imprimeurs s’installent à Dourdan et acheminent, par le train, des revues d’architecture proposant des modèles de maisons avec tous les aménagements intérieurs et décoratifs.

Photographie Jean-Luc Mathon - Bookimages

Parallèlement, le château, devenu propriété privée depuis 1852, connaît une période de restauration, d’étude et de réaménagement.

En 1961, la ville verse une rente viagère à la dernière propriétaire et prendra pleinement possession des lieux en 1969.

Du cœur historique médiéval à la construction des quartiers périphériques, la ville de Dourdan poursuit toujours une politique alliant évolution urbaine et conservation de son patrimoine qui comprend deux monuments classés au titre des Monuments historiques, l’église et le château.

Celui-ci abrite un musée, label Musée de France, consacré à l’histoire de la ville et de la forteresse philippienne.